FAILLE CLUB

Au commencement du moi

il y a la faille

près du nombril

la fissure qui serpente le long

des côtes

°

La seconde nuit

il y a la cascade qui y ruissèle

puis se mue en rivière

et n’en finit pas de s’étaler

confiture de murs à silence

°

La troisième nuitée

une arborescence jaillit

du tourbillon des mensonges

et jeter l’éponge ?

°

En quatre lunes

ployer, se déployer,

au bord de la falaise

qui borde un océan

si vaste, si puissant,

si beau, si grand

°

Six fois danser

autour de la faille

repriser le tricot

remiser l’ego

°

Tourner la claquante

sept fois

entre les mandibules

°

Huis clos de mots

coquillage

mes écailles luisent

sous le courant

je nage

je brasse

entre les pages

°

Neuf le rayon

chaque matin

de notre soleil

si ancien

°

Mille et une gouttelettes

douce rosée

et revenir au monde

après la veille

et redessiner la carte

encore et encore

se creuser la pomme

intact le pépin

°

Cinq sens

ne plus trembler

et frissonner

l’espace d’un instant

comme le souffle du vent

qui chuchote et chahute

le feuillage de nos rêves

°

La magie est éphémère

l’aimer est éternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :