XXOo > XYOo

Hopla mes Zigonautes en souris déglinguée ! Il a dit : vas-y. Oui, il m’a parlé. À moi. Un dieu m’a encouragée à remettre la pâte à pains sur la planche du surf. Mince, c’sont mes zyeuteuses qui vont être emmazoutées ! I’m back dans les backs ; D Tin, tin nin nin, tin nin nin, touinguelinguezinguelingue, Tin* ! (Pour le gentil quidam perplexe qui viendrait glaner quelques news fraîches, sache cher charmant que j’ai déjà expliqué le féminin pluriel la semaine dernière, que les poissons ça nage et ça flotte, or, si je ne m’abuse aujourd’hui, les filles font toujours plus de bruit).
Mais vous allez dire, heu l’autre elle avait dit bimensuelle et finalement son espèce de chronique en mousse elle nous la ressort déjà, pis c’est quoi ce Bim dans l’titre ? Pas de panique, j’y arrive au point crucial de vos interrogations les plus entortillées. D’abord un tour d’horizon, le machin On Ze, ensuite je vous raconterai l’histoire du Oo.

Il y a fort longtemps, l’homo ne pionçait jamais vraiment et s’il creusait son trou ce n’était pas forcément une métaphore agriculturelle pour dénoncer l’ampleur titanesque de la tâche que doit abattre un zigomard pour se dégotter du travail. Ah que nenni. Il n’avait pas d’endroit attribué devant lequel sa mine déconfite Oo et ses genoux fléchissants et tremblotants trouvaient refuge et réconfort avant l’effort. π π, cette simple formule, qui se lira également 3.14 3.14 dans les milieux pourtant autorisés à laisser l’état dans lequel ils l’ont trouvé en entrant, amène immanquablement vos mirettes à reconsidérer la lecture de ce post sans avoir, au préalable, effectué une visite de routine sur la surface lisse de la lunette. Vous faites bien. Allez-y donc et rendez-vous au paragraphe suivant.

Pendant cette courte pause, j’imagine aisément quel fut le sujet de vos préoccupations méningères : m’enfin pourquoi Ze Bim-là ? Elle décroche sévère, la Dori, meunière tu dors ! Quand qu’c’est ti que… voilà, voilà, j’vous colle mon ticket qu’le tram va revenir à la mode et continuer de repeupler les lacets bitumesques des grandes ctiés enfumées. Ça, y a toujours un troll pour t’empêcher d’fumer ta tige en salle ou en terrasse, mais y a jamais personne pour négocier un bout d’pavé sans air pollué !!! Bref, la clope au bec, j’vous confirme que vous connaissez toutes (tous….hinhin) à présent le petit nom du tramway autrichien. Longue vie au Bim ! À Panam ça doit s’appeler le brise-miche à fil, pour l’instant, cependant accrochez-vous, mes lascars, plus tard ça va dépoter et si tout le monde y met du sien on verra le résultat avant 2100. Hein ? Comment ? Le gentil quidam ne suit plus. Pfff, tant pis, n’avait qu’à pas aller faire ππ pendant mes explications.

L’accélérateur de cuticules, dont les ingrédients qu’est-ce qu’on s’en fout, a ranimé ma serpette et l’apparent excès de symboles en plein gros titre de chronikaé tend à prouver l’évidente mélasse d’une incroyable ânerie perpétrée, comme toutes les âneries, depuis des lustres. Au XVIIIème siècle (les minots, flippez pas, ça fait 18) les premières chasses d’eau firent leur apparition en France, une fois encore battue à plate couture par l’Angleterre, qui dès 1592 devait à John Harington l’immense joie du plaisir de pouvoir enfin se représenter le séant serti de la reine Elizabeth Ière. Rigolez pas trop, mes hyènes dorées, la p’tiote encouronnée avait du tempérament. Ô Stercutius, ô Cloacina, et Crepitus, que ne vois-je les latrines modernes, gogues infernales, vécés pitoyables ou cagouinces clinquantes, cabinets rutilants ou coins malodorants, que ne les vois-je disais-je et la poésie n’y fera rien purée mais quand est-ce que les architectes vont se décider à ouvrir les yeux ?!

Vas-y que ça s’pavane la savate à tournicoter autour des affiches à gros lots, en roulant les globes tout allumés, ça maracasse de la rolex en louchant sur un décolleté, irl ou sur papier glacé. La moindre pin-up en bikini pourrait officier sur une pièce de monnaie comme naguère le billet de cent francs exposant une mamelle de dame patrie, n’empêche, personne n’a encore compris le fonctionnement du corps féminin en matière de vessie : moins de contenance que celle du corps masculin. D’ailleurs, vu le bronx qu’on nous inclut dans le pack naissance, je prierai ces messieurs de fermer sagement leur mouille et de, attâtion, réfléchir deux secondes à cet épineux problème : vous avez moins fréquemment urgence à vidanger que nous, toutefois il y a, dans le meilleur des cas, autant de cuvettes et de portes de toilettes pour les hommes que pour les femmes. Mein Gott varum ? My God why ? Oh mince alors !?

Pisseuses, les filles sont que des… grave le Zigoland, grave… lamentable. Pis on nous regarde faire la queue en pouffant, on poireaute pendant des heures tellement nous sommes longues une fois entrées là-dedans. Vrai qu’y a toujours une fichue file d’attente, pire que chez le médecin, incroyable ce besoin qu’elles ont, des tas de nanas en train de faire le pied de grue, pis ça s’ensardine à 10 dans 2m2 , tsss, à la limite, mais à la limite alors, faudrait leur rajouter des chiottes. Sérieux ? Naaan. Bah, comme ça elles pourront encore raconter qu’elles sont allées se repoudrer le nez. Hihi. Test. Test. Un, deux. Razzia sur la schnouf magique, mes belles, imaginons des hordes de donzelles furibondes, talons au poing, brandissant leurs sacs à main pour la Prise des Latrines ! Erf. Inutile d’essayer de décoller le sticker sur leur lourde, puisque, de toutes façons, là où ils vont, ce n’est pas un endroit pour nous : ça sent la mauvaise foi.

Bonjour chez vous,

ZD

* mais heu naaaaan ! Ça fiche un waï pas possible à la fin du post les astres à risques !!! En résumé : Assez d’essai, ze bac in blague, tin, tin nin nin…

2 réflexions sur “XXOo > XYOo

  1. Paolo dit :

    Très heureux de retrouver les Chronikaé après un hiatus de quelques années, mais dites-donc, de la première à la deuxième ça semble un tantinet militant, non? ;p

  2. ZigomaD dit :

    Lord Geek, quelle surprise!
    N’ayez pas peur de la grande vilaine louve OoP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :