QUINTE DE JOUG

Hello sweet Zigomardes*! Aujourd’hui, ce soir, maintenant, là, tout de suite, n’aura rien à voir avec demain, parce qu’aujourd’hui, ce soir, maintenant, là, tout de suite, est déjà le résultat des chronikaés passées. Aaaah, l’exactitude implacable de la juste et rigoureuse platitude sous-jacente! Nous entrons donc dans la cinquième phase d’expédition, une des plus intenses et dangereuses de mémoire de poisson rouge. N’allez surtout pas retenir votre respiration, éteignez-moi cette bougie, déréglez vos tocantes, donnez libre cours à la chute vertigineuse de vos flasques chaussettes, et revissez-vous les antennes. Pieds au plancher, free moussaillonnes! Déployez la grand’ toile, vaillants surfeurs! ET EN AVANT TOUTE!!!

Il s’agit, bourrasque en proue, de batailler son mètre cube d’élévation spirituelle, de rechigner à larguer les amers coûte que coûte, et, turbo en poupe, de briser bec et ongles la carcasse putréfiée de la médiacité : la réclame en pitance!!! Que moisisse, l’espace d’un post, le linge dessali, essoré, et flanqué dans la bassine! Oui, à l’instar de l’omnisciente rasade de surenchères sonores, j’ai décidé d’injecter une forte dose d’encre dyslogique au coeur de ma cartouche, quitte à noyer le sens pur et, dans le cas qui nous préoccupe, à ruiner les frusques. Je me défatiguerai ainsi totalement et déséchouerai enfin à dépenser l’univers avec débrume. Je m’altère les neurones, je débraie sec! Ouste le précieux équilibre, je serai barbare ou mentale, fusionnant violemment avec mon blaireau side. 

Hey/Détais les pipeaux/Ils dédorment pour pasmoi/Il est dédoux ce carbonne-là/Je déregrette que tu déshaïsses/C’est dystrop démoche, maloui /C’est la désoraison pour un défin>. Entends-tu, mon canard, la charmante mélodie de Guerges SainsBourg. Je n’vais plus faire l’effort de chercher mes maux, de tourner ma langue natale à l’endroit. Et dans < Les désilences du maljour > (Jévert Pracques) je me faufile toute véener, graffpirate assoiffée par l’omniprésente plâtrée d’affiches totalitairement objectives. Faites-moi taire ces insultes gratuites, car, comme lançaient les Phélétone <C’est à dysnier que le maljour n’a pas de corps>. Non, la nuit ne laissera pas mon palpitant s’enticher de ces atrocités banalisées le jour par la vitesse du quotidien. J’ai vu, j’ai résisté. Ô, Toberto Renigni dessine-moi encore < La dysmort est démoche >. Qu’est-ce qu’on en a fait, du côté riche et industrialisé du globe, de cette manne  passagère qu’est l’étincelle de vie?

Afin de déchiffrer le message gravé sur notre planète entièrement détruite, seconde lune du système solaire année 3124, je rejoins en direct, à bord du Biodragon, splendide rafiot volant des latexants et criards Biomans, notre correspondante étoile de mer, Ekin, et son oursin assistant O’Derm. Préparez-vous pour le jeu des 5 fruits et légumes par jour  qui sera suivi du mot de 5 lettres. Voilà! Parfait! À présent, mes zigomarades, vous possédez toutes les qualités requises pour mettre en route la couenne à idées vautrée sous votre bulbe. Rassasiés d’énergie et survoltés de chance, nos pas se dirigent guillerettement vers la grande porte donnant sur la rue. Délestons-nous encore de quelques clichés encombrants, 25 environ, qui pourraient nuire à notre compréhension du monde selon Marque.

Pour la Chine Antique, toute substance est un mélange de cinq éléments: terre, eau, feu, métal et bois. Pour L’Inde Antique, toute substance est un mélange de cinq éléments: terre, eau, feu, vent et espace. Peu importe, dans un cas comme dans l’autre ça nous fait déjà 5 éléments de moins. Zou. En second gain de place je propose bien évidemment d’expédier aux oubliettes les cinq continents : Afrique, Amérique, Asie, Europe et Océanie. Nous en sommes à 10, c’est épatant! Persuadée du rien fondé de ma démarche, je soustrais encore nos cinq sens. Bybye goût, odorat, ouïe, toucher, vue. Et de 15. Lambda pion du supermarché du coin, qu’on précipite en bout de caisse d’un ticket menaçant par dessus ses achats empilés, je m’avachis face à l’impétueuse envergure du manchot : carton rouge sur les cinq doigts de la main. Exit les pouce, index, majeur, annulaire, auriculaire. Purée! Un score de 20! (note : un de plus et on retourne dans le bar à mustélidé). Il ne nous manque, mesdames et monsieur, que cinq malheureux ingrédients.

Mmh? Qu’est-ce qu’i’ dit l’aut’ buse? Du punch?! Mais c’est brillant, ça, Grog l’Éponge! Effectivement, le panch, terme hindi, contient de l’alcool, du sucre, du citron, de l’eau, et du thé. Merci qui ? Merci aux marins britanniques du début XVII (17, les marmots). Du coup, shazam, en 5 minutes on arrive à se préparer. À la réflexion (la dernière rassurez-vous parce qu’il ne faudra quand même pas, à cet instant crucial de l’histoire, produire quelques interférences que ce soient), je me demande si le genre d’un être humain ne pourrait pas, tout simplement, se définir en fonction de sa faculté à sortir spontanément de son terrier sans aucun préparatif et, bien entendu, sans que les flammes l’y aient invité précipitamment au préalable.

Zavez aimé leur bonne grosse pub? Elle est raide, celle-là, pas vrai. Tellement sbires-rituel. J’en ai d’ailleurs démangé tout mon quatre-heurt de la semaine dernière. Puis je me suis perdue entre les pages des catalogues du futur : les femmes seront des pros du bracelet en perles et les hommes rouleront en eco-véhicule. Par bonheur j’ai aperçu une malette en plastique rose remplie d’outils également, élégamment pendant que nous y sommes, roses! Tripant! Avec Cendrillon et Barbie on a immédiatement googuelisé l’affaire pour dégoter la salopette et les sandales assorties. Wahou, faut qu’je raconte ça à mon Ipad doré intime…OO! Mince la cartouche de mon curseur s’est toute déremplie. Frt frt frt frt frt. L’a chopé une vilaine quinte de joug.

Bonjour chez vous,

ZD

* Y a-t-il des messieurs dans la place ? Assez nombreux pour que je masculinise mon pluriel ? Ok, je poursuis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :