ACHTUNG I-CYBORG

Namasté, hypercélestes Zigonautes ! Comment fondez-vous ce soir? L’oeil rivé sur le pianoctet, l’autre sur le prochain moustique, votre héroïne Super-Endive se nappe la couenne d’obscurité avec délice. Toisant l’onde souple et lisse de la paisible blogosphère, l’indestructible chicorée se prépare à plonger en mots troubles.

Une bouffée de vent, soufflée au travers d’une paille, chahute un pan ou deux de sa cape, dessous lesquels surgit l’infime et terrible vrombissement sournois. Tzz. Plus vive qu’un gobeur d’éclair, elle ajuste le fil de la souris. TZzz. Plus précise que les heures, elle donne lasso. HhhhuuuiTsch Splattt! Un de moins. Insecte ridicule. Rictus en coin, Super-Endive exulte. Ce vieil et intrépide neurone vaillant est enfin de retour! Hourra. Youpla.

Ah beh oui, vraiment, tournée générale là, parce que je l’ai quand même attendu pendant une belle éternité, le frétillant deux-hertz : espérant calmement, impatiemment, musique aidant, tâches faisant, râlant, m’essoufflant, et pfffuit… keud nada walou. Engoudronnée des watts j’allais m’en ronger sévère la plume. Et puis, comme la lume déclinait, mon bulbe s’est à nouveau mis à ronronner. Mon fix reloaded. Pas de bol pour la zappette magique.

Rouge clignotant, vert prenant, ou bleu veilleuse? Tous ces machins insensés qui nous guettent dans l’ombre, à l’affût de nos frêles rétines. Pour qu’une icône se forme dessus, pour que l’image vienne, rhâ la merveille, la jolie chtite membrane que voilà! Lustre après lustre nous la sollicitons tant et tant, jusqu’à s’en tordre de douleur le nerf optique. Méningère au bout du rouleau, ras l’panier du froissage!

À mieux observer fixement cette chandelle moderne, celle qui parle et éblouit, celle que l’on peut désormais emporter partout, même en plein vent, voire sous l’eau, j’en ai conclu que nous avons franchement l’air de têtards ahuris. Si. Oh que si. Partout, tout autour, dans les contrées florissantes du nord industrialisé, (patchwork de régions, grossies mille fois ou presque, sur les cartes et les globes d’antan. Et, afin de rétrécir ce brillant déséquilibre, veuillez désormais insérez cette nouvelle balle sur les tables de ping-pong. Merci), s’illumine sous l’impassible lune un trillion d’écrans pré-plumard.

Le télévisionnage, cher Quidam intrigué, semble tellement superflu. Il l’est d’ailleurs, et abondamment répétitif avec ça. Par contre, quid du téléphonage? Quel étrange outil que ce fidèle objet contondant : virtuellement dangereux (pas de panique, personne ne va t’envoyer un smartphone au visage : ce ne serait pas intelligent, mais surtout ce serait trop coûteux comme opération. La préférence ira plutôt vers un bon bifteck-tarin*), et potentiellement assommant (personne ne va te regarder dans les yeux pour discuter avec toi, quand un smartphone est allumé. Si t’es pas rétro-éclairé, c’est relou, donc tu n’existes pas).

Si la tivishit obéit à la loi du plus larvé, l’allôxication induira quand à elle l’acceptation totale des défauts d’autrui sous Android, également connue sous le terme d’Invisibilité Absolue. Mi-zigo, mi-informatique, l’I-Cyborg est parmi nous! Les zhumanos du 21ème siècle (XXI pour les ancêtres) jacassent tout seuls avec eux-mêmes, s’en félicitent, lisent des pages impalpables, conduisent sous l’emprise de communications. Peu à peu les moteurs de recherche grignotent la mémoire collective. L’intoxication par technologie interposée est annoncée.

Allergie ou intolérance? En qualité de Cichorium Endivia sous Coffea Arabica, j’eusse la chair de poulette si je n’étais glabre de par mon statut végétal. Comment répondre à une question aussi épineuse sans s’immiscer soi-même sous le regard inquisiteur du Grand Microscope?

Meuh nan d’abord, il y a encore une multitude d’activités que je fais sans l’allô de poche auprès de ma pomme. […] Une blinde de secondes à écoulement régulier se déverse. […] Une citerne de minutes à diffusion lente macère. Hem. (Respire. Respire). Je marche-eu, je mange-eu, je dors-eu, je vais dans la salle de bain-eu, et même aux gog…! Stop! Demi-tour! Abort! Achtung!!! WOOw. Je suis, vous êtes, nous sommes devenu(e)s** des ICyborgs. Super-Endive, finement hachée par ses salades. Splattt?!

Bonjour chez vous,

ZD

* bises aux Guignols de l’Info et à les Nuls (Canal +, version old school)

** encore un exemple de la faculté d’adaptation du genre féminin…grrrr grrr

2 réflexions sur “ACHTUNG I-CYBORG

  1. Anne dit :

    Je plaide coupable et victime à la fois. Il est 5h, Paris s’éveille et moi j’allume l’écran blanc de mes nuits noires… MAIS (conjonction de coordination de circonstance atténuante) c’est pour lire votre poésie, ZD🙂

    • ZigomaD dit :

      /rosit de la pommette
      /se ressaisit le menton et les épaules

      _ Ô chère Lady, cela n’est pas vraiment idéal. Imprudent, dirais-je.

      /rougit tel le coquelicot
      /sautille partout en glapissant sa joie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :