LA FLEUR DE MON DÉSAPPOINTEMENT

Très Admiré & Honorable Comité,

Bienheureux qui, la nuit, peut escalader sans souci les montagnes séismiques de la plaine ouatée. Gambader vaillamment sous le tonnerre des ronflements quand il nous faut porter, sans tarder, le message urgent. Braver, par delà les oreillers moelleux, la torpeur exubérante afin de pouvoir subvenir à un besoin des plus élémentaires. Oui, j’affirme que la faim justifie parfois les moyens. Las du ridicule de ce quotidien nocturne, je fus contraint de réclamer audience et je salue votre écoute, votre soutien et votre bienveillance.

Dans le domaine du territoire collectif multiracial –sorte d’enclos bétonné, garni de portes et de fenêtres, où poissons rouges, rongeurs, volatiles, canidés et humains ont apparemment pour objectif de cohabiter–, il faut savoir imposer des limites en cas d’agression répétée. Halte aux sautes d’humeur de l’équipage des majordomes! Il conviendrait aujourd’hui de discuter plus sérieusement de leur cas, de leur enseigner enfin l’art de nous recevoir, non comme des individus de type jovial félin, mais, le plus simplement du monde, exactement tels que nous sommes : dieux et déesses légitimes.

Pas plus tard qu’hier, à la suite d’un évènement extraordinaire –je cite : le fantastique vol attrape-moucheron avec atterrissage improvisé et périlleux sur le bord de l’écuelle– qu’avons-nous encore entendu? Des accusations. Quelle audace! Oui, mesdames et messieurs, des Remontrances! On nous assène des <nan mais c’est pas bientôt fini vos co±±%&^§s, les poilus!>, et dans le meilleur des cas linguistiques on invoque de l’agacement face à ce qui serait de l'<éjecto-trampoline à croquettes>!?! In-ad-mi-ssi-ble.

Convenons que l’élaboration, méticuleuse, du jeté de semis circulaire, sur plus d’un mètre vingt de rayon, dépasse l’imagination de notre petit personnel. Ainsi sont-ils. Toutefois n’y aurait-il point d’étincelle possible, d’étonnement, face à notre prodigieuse magie créative? D’un splendide happening nutri-floral, prouesse acrobatique et festive, ils font un carnage verbal et gestuel, vociférant, menaçant, à l’encontre de notre instinct le plus précieux : l’agilité.

Je vous prie de croire que je n’hésiterai pas une seconde de plus à exiger la prompte délocalisation de la zigomarde en cause. <Mater les matous>, voilà son mot d’ordre?! Mais retournez donc dans votre jungle, madame l’exaltée du bulbe! Oh mais, à la réflexion, choisissez plutôt une petite île déserte, éloignée des autres créatures : gare à vos émanations diaboliques! Même les tigres finiront par fuir leur propre baumedont vous vous tartinez exagérément le bras!

Pardon? Ah oui, écoutez la belle excuse : ses muscles seraient soit-disant endoloris! Pfff, laissez-moi souffler. Des muscles? Êtes-vous absolument certaine d’être en mesure de pouvoir nous convaincre de leur existence? De démontrer que vous en possédez, ne serait-ce qu’un seul? (silence gêné).

Plaît-il? Non, madame! Sachez que je surveille le logis, moi, la nuit, je ne m’amuse pas à hanter le parfum chaud et rassurant de votre chevelure! Fft fft kss. Mon attention est toute entièrement dévouée aux grandes questions existentielles, tels que l’univers et ses secrets –insolites noiraudes** qui tourneboulez sur le plancher–, papillons, jus de thon, pourquoi ceci existe-t-il plutôt que cela, tout ça tout ça. Je ne saurais m’encombrer du fiel de l’intendance!

La…? La déposition recueillie par votre neurone de garde!?! Voyons, enfin, vous perdez vos bas, votre altesse, ce tissu de charabia? Allez, je suis beau joueur, je vais quand même vous donner lecture de son abject contenu : ||entraperçu bras vengeur|| stop ||érigé|| stop ||semble s’agir de Mon bras|| stop ||Oo|| stop ||angle improbable|| stop ||malfrat|| stop ||lourd|| stop ||expédié sur le sol|| stop ||mrwaofl a dit|| stop || fatigue|| stop ||sombré||.

Et elle appelle cela des preuves! Déplorable. L’obscurité vous aura à ce point égarée, vers les chemins de la frayeur, pour que vous vous soyez ainsi battue, jusqu’à l’aurore, contre votre propre ombre. Pitoyable. Greffiers, veuillez transmettre au broyeur ladite pièce à conviction.

Clac. Trr…Trrrr. Fin du procès sous les ronronnements approbateurs.

*

Bonjour chez vous,

ZD

*

*onguent de la pharmacopée chinoise, le Baume du Tigre est un produit à usage externe, utilisé pour soulager les douleurs d’origine musculo-squelettiques. Il a été développé dans aux XIXème siècle par l’herboriste Aw Chu Kin à Rangoon en Birmanie.

**les noiraudes, ou susuwatari, se manifestent dans le film d’animation Mon voisin Totoro (1988) du génial Hayao Miyazaki.

Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :