SUR LE BOUT DES DOIGTS

Suavelos, hUmanos ! Perchés sur les arbres, les toits, les réverbères, corbeaux et merles noirs se marrent sous ailes : ces zigos ont décidément de sacrées drôles de pinces à la place des plumes. Des sortes d’appendices non palmés. Il semblerait même qu’il y ait toute une histoire à conter et recompter sur ces dix parties libres et mobiles qui terminent nos mains, dix blocs de phalanges surmontés chacun d’un ongle, dix bonnes raisons de les regarder de plus près : vernis, coupés, rongés, bordés de cuticules taillés, de peaux sèches à l’arrachée, pansés ou encrèmés, ne serions-nous pas à l’index de l’ère digitale?

L’imitation des environs. Dès notre atterrissage, ça commence par le premier son :  on naît, on braille. Bon, clairement, c’est surtout à cause de ce trop-plein d’air dans les poumons que – OUIIIIIN – ça jaillit soudainement jusqu’au plafond. Suit alors le premier geste réflexe : on est porté, on se blottit.  Vrai que le câlin s’impose surtout après un tel voyage. Tou didou dida. Trois mois plus tard environ – ô malicieuse magie – nous repérons soudain ce fameux pouce opposable, le déplions, le testons, ce qui aura pour lourde conséquence de modérer, sinon de faire taire, ce cri, cette joie-trouille, cet élan d’énergie. Cri, pas pouce. Pas cri, pouce. L’interrupteur fonctionne.

Probabilités des calculsLa période du touche-pas-à-ça, qui devrait pourtant toujours signifier attends-je-viens-t’-expliquer-comment-ça-marche, nous rappelle une étrange sensation. Lors d’un vol de bouillie, une caresse malaxante à la boue, un sens revient en effet se manifester concrètement à nous : celui du toucher. Parfois silencieux (un doigt sur les lèvres) ou bruyant (applaudissement), rythmique (claquement de doigts) ou chaotique (imitation ratée des castagnettes), pratique (la main en porte-voix ou en louche à eau), le contact avec le monde extérieur pourra même s’avérer par trop convaincant : désormais déclaré opposant, le pouce glissé sous la gorge devient parfaitement menaçant. L’interrupteur fractionne.

Installation des réseaux. Avez-vous seulement une fois, au cours d’une de vos balades en forêt, au parc, laissé se promener vos potelés curieux sur la végétation ambiante, comme le fit peut-être monsieur Withering au 18ème siècle? Voilà un gars qui avait du nez, puisque les fleurs en question s’adaptaient parfaitement à sa mimine, véritable gant de pétales dont la toxicité fut alors démontrée. Il avait du nez, disais-je, toutefois n’aurait-il pas dû y remettre plus tôt son auriculaire? Le toucher et l’ouïe, le toucher et l’odorat, mélanger les genres multiplie les connaissances. L’interrupteur fusionne.

Évolution en puissance. L‘autodidacte s’instruit lui-même, la manodidactrine ne s’enseigne pas non plus. Supprimez-vous vos documents d’un annulaire râgeur ou les indexez-vous avec une fière certitude dans le frapper de la touche? Emmêlés dans les cheveux ou fourrés dans les poches, tremblants ou vigoureux, délicats ou crispés, dites-moi donc à quel rythme court votre troupeau de ças? Trop d’expressi, ça s’entournebobine, mais un long thé, et ça s’désembrouille vite fait. Avant de délier la langue, dénouons un peu ces menottes et donnons-leur de la patience. D’ailleurs, étirons un peu mieux ce corps au réveil, des branches jusqu’aux feuilles. Yeah. Reste plus qu’à aller se dégourdir les jambes et les idées. L’interrupteur foisonne.

Déploiement des connexions. Une poignée d’entre vous – alias Quadras Géniaux – se souviendra de cet opus majeur Mes Mains Ont La Parole*, et je les en remercie d’avance. En boule les clichés culturo-poings qui désignent le peuple italien comme seul détenteur d’un langage ponctué avec les pognes! Observons mieux nos chers battoirs et attestons du plus magnifique lancé d’étoiles jamais inventé : n’agitez-vous pas une main grande ouverte pour saluer vos amis les plus précieux? De l’extension ultra, mesdames et messieurs, de l’engouement des antennes, une mise au jour du bonheur à l’état pur! L’interrupteur frissonne.

 *

Bonjour chez vous,

ZD

*

LA LÉGENDE CHRONIKAENNE DÉCORTIQUÉE
encrèmés (adjectif-valise) = enduits de crème
touche-pas-à-ça = l’ère du non, l’aire du oui
attends-je-viens-t’expliquer-comment-ça-marche = période où enfants et parents découvrent le profond sommeil… surtout le second groupe en vérité.
18ème = XVIIIème pour les puristes du genre digito-romain
manautodidactrine (nom-valises) = manuel+autodidacte+doctrine = croyance/travail enseigné/obtenu seul avec les mains
expressi (emprunt italien) = un expresso, des…
s’entournebobine (verbe-valises) = entortiller+tourner+embobiner = bien emmêler les câbles dessous la soupière jusqu’au bout des doigts
culturo-poings = culture et fulguro-poings (cf. Goldorak)
mot-valise = fourre-tout dont les mots ont perdu queue ou tête, mais pas forcément sens, et qui se décline selon la raison (ou la dérision) en adjectif, nom, verbe…etc

*

AUCUN DOIGT N’A ÉTÉ MORDU DURANT CE POST
index pouce pouce auriculaire annulaire majeur

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :