NID D’YEUX

Un mois plus tard la chronique en bâillant se réveille, une tasse de café en pogne et une roulée au bec, toujours pas certaine d’arriver à regarder le monde froid dans les yeux. Si nombreux, sur la bleue sphère.
Certains, à attendre une pluie fertile, un souffle de vent, ou un doux rayon de soleil pour l’inspiration. D’autres, à éteindre la vie d’un simplet coup de canon.

La mine plombée, elle pose alors la plume sur les pages, ravale son encre, et sort. Dehors, se dégourdir les crayons, le pas régulier, les idées nonchalantes. Broder ou ne pas broder. Métiers à tracer. Penser, sans prendre le pli, avant de remettre la gomme.

*

Bonjour chez vous,

ZD 

*

slide_394012_4817760_compressed

source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :