VINDÓBONA

Lorsque le temps est entre

le soleil et la pluie

mes mains voudraient pouvoir

toucher le contour de tous les toits

là-haut sur l’horizon

et mes yeux se régalent

courent sur les façades

à la verticale

dégustent en diagonale

fenêtres, terrasses, moulures

glissent sur les murs

filent comme les nuages

*

puis la lumière revient chauffer

et les projets échafaudés

s’effritent

s’effondrent

*

foulant ton bitume, tes pavés, tes allées,

tu es si bienveillante

si lumineuse

en mon fort intérieur

gargouille de pierre

lovée

contre le flanc d’un bâtiment

à t’observer

à te contempler

*

à la manière d’un petit poisson

balbutiant en spirales

je plonge dans le bleu nuit de tes cieux

l’ancre à l’abandon

*

immensité

*

pirate je convoite

les trésors offerts alentour

mi-ange mi-vautour

ici, maintenant, j’attends

suspendue aux lèvres du vent

*

sur l’avant-dernière marche de l’escalier

une mouche verte s’en frotte les pattes

puis s’envole, sereine,

parcourir de mille battements d’ailes

ce que mes cils lorgnent

depuis le sol
*

je serai la fourmi

je serai le moustique

par chance

un de tes merles noirs

Dame Cité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :