BLEU THÉ

*

dans un ciel parfaitement bleu

de lentes volutes s’effilaient

comme le font les nuages de lait

dans une tasse de thé savoureux

*

j’optais pour l’encre de chine

plongeais ton étoile dans mon cœur

laissais la plume sur la ligne

tracer les reflets de la peur

*

une fois séchée et repliée

présentais la feuille à la bougie

mèche rubis, droite comme un i

de sa maigre flamme la mordit

*
échouées au creux de l’évier

chahutées par les flots glacés

les coquilles de poussière

s’agglutinent solidaires

puis quittent une à une la cuisine

*
ruissèle l’onde

fredonne chuchote

un siphon

tourbillon

*
la nuit doucement venue

bleu cobalt

bleu outremer

les cendres ont disparu

enfuie la petite cuiller

*
échappée belle

lueur de miel

*
la paume éclose repose nue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :